LE DÉLUGE AU SAGUENAY

Pluies diluviennes du 18 au 21 juillet 1996 au Québec

La nature s'est déchaînée pendant une fin de semaine de juillet 96 lorsque des pluies diluviennes ont entraîné l'une des pires inondations jamais connues au Canada. Dix personnes ont perdu la vie lors de cet événement. Des glissements de terrain et débordements de rivières ont également causé des dommages matériels évalués à plusieurs centaines de millions de dollars.

Dans la matinée du 19 juillet 1996, un système météorologique situé sur le sud de l'Ontario est sur le point de connaître un développement rapide et intense. Au cours des 24 heures suivantes, ce système prend des allures de tempête automnale lors de son déplacement vers la frontière Québec - Nouveau-Brunswick pour ensuite ralentir et devenir quasi stationnaire. Les accumulations de pluie résultant de cette tempête sont impressionnantes, en particulier sur les régions du Saguenay, du  Lac Saint-Jean, du Parc des Laurentides ainsi que sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent à l'ouest de Sept-Îles. À ces endroits, la topographie et la circulation des vents autour du système favorisent une ascendance de la masse d'air humide associée à la tempête et accentuent ainsi les pluies sur certains flancs de montagnes. De plus, la stagnation du système sur l'est de la province permet à la zone de précipitation qui lui est associée de perdurer sur ces mêmes régions.

Les quantités d'eau reçues varient entre 100 et 275 millimètres selon les régions. Elles causent des inondations monstres et forcent l'évacuation de plusieurs milliers de personnes. Des villages se retrouvent complètement isolés et des milliers d'usagers sont privés d'électricité. De plus, le sinistre fait plusieurs morts, quelques disparus et plusieurs blessés. Des indemnités évaluées à plus de 800 millions seront versées aux sinistrés
Au cours des inondations de juillet 1996, la digue du lac Ha! Ha!, dans l'arrondissement La Baie, cède, entraînant toute l'eau du lac et plusieurs maisons situées sur les rives de la rivière Ha! Ha! vers la Baie des Ha! Ha!. À Laterrière, on évacue l'eau du barrage du lac/réservoir Kénogami qui menace de céder. Les maisons, les chalets et le quartier du Bassin de Chicoutimi, situés en bordure de la rivière Chicoutimi, sont inondés. À Jonquière, la Rivière-aux-Sables et le ruisseau Deschênes sortent de leur lit et le même scénario se produit à L'Anse-Saint-Jean avec la rivière Saint-Jean. Partout, c'est la désolation. Tous les yeux du monde sont alors tournés vers le Saguenay-Lac-Saint-Jean qui connaît la pire catastrophe naturelle de son histoire

En 48 heures: 250 millimètres de pluies, 16000 personnes évacuées, 1350 maisons détruites. L’une des catastrophes naturelles les plus coûteuses de l’histoire du Canada commence...

Le déluge, c'est un effet domino dont une défaillance technique est bien connue, celle du fonctionnement des pelles de déversement des eaux du barrage du réservoir des Ha Ha. Le bris de la digue du réservoir déchaîne un raz-de-marée qui déferle sur la ville de La Baie.

Les gens du Saguenay ont vécu une catastrophe qui aurait pu être pire encore. Si les 200 000 millions de mètres cube d’eau avaient atteint Alcan à Arvida et étaient entrés en contact avec les cuves de métal en fusion, les contrastes thermiques auraient engendré une explosion gigantesque.